Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Grande Reconstruction, Arras, ville nouvelle !

La Grande Reconstruction, Arras, ville nouvelle !

Menu
Arras, ville de l'arrière-front

Arras, ville de l'arrière-front

La vie quotidienne à Arras sous les obus

Les informations qui suivent sont principalement fournies par le livre de l’abbé Foulon, Arras sous les obus (Ed. Bloud et Gay, 1915). Il couvre le début de la guerre jusqu’au premier semestre 1915.

Le ravitaillement

« A la crainte des obus, s’ajoutait pour ceux qui étaient restés, celle de mourir de faim, tous les boulangers, sauf un, ayant fui. »

Fin octobre 1914. « Le ravitaillement est encore facile, grâce aux ressources qu’offre la ville. Plus tard, le préfet saura prendre les mesures nécessaires pour approvisionner de pain la population ; elle n’en a jamais manqué. Pendant les jours de bombardements intenses, les autos en ont apporté du dehors. » 1

Le ravitaillement est assuré par la route nationale 39, Saint-Pol - Arras, "équivalent artésien de la Voie sacrée meusienne". 2

« Les commerçants qui n’ont pas voulu quitter Arras font de brillantes affaires. Les clients sont nombreux : militaires de passage venant au ravitaillement, Arrageois revenus pour tenter un déménagement de leurs meubles, habitants d’Arras et des campagnes environnantes. M. Mathon, dans son journal, s’indigne des prix pratiqués mais omet de parler des risques mortels qu’entrainait toute présence dans la ville. » 3

 

Fontaine Neptune. « Roulez lentement ». Le ravitaillement se faisait par la route nationale 39, Saint-Pol – Arras. Elle était la route logistique vitale de la place d’Arras. On entrait dans Arras par la porte Baudimont, puis on passait devant la fontaine Neptune pour rejoindre le centre-ville. (source : collection privée)

 

"Rester à droite". Avec l'arrivée des troupes britanniques à Arras en mars 1916, des indications en anglais apparaissent. (source : collection privée)

 

L'abbé de Bonnières, curé ravitailleur. (source : livre de l'abbé Foulon "Arras sour les obus", p. 47)

 

Un marché place du Théâtre, 1915. (source : médiathèque municipale)

 

Des Arrageois s’affairent devant des étals, place du Théâtre (source : collection privée).

 

Un marché, place de la Vacquerie. (source : collection privée)

 

L'ensemble des services publics (préfecture, inspection académique, contributions) ainsi que le conseil général, sont repliés d'Arras à Boulogne-sur-Mer pendant la durée de la guerre.

Au 20 septembre 1915, il y avait encore à Arras, outre les bureaux de la Mairie, procureur et juge d’instruction, le juge de paix, un bureau des contributions indirectes, un receveur d’enregistrement et un bureau de liaison avec la Préfecture, mais tous les chefs de ce service étaient à Boulogne-sur-Mer.

 

La Mairie

« La marie est installée dans la maison particulière de M. Rohart-Courtin [le Maire] rue des Ecoles (rue Ferdinand Buisson) assez éloignée de la zone des bombardements. M. Rohart-Courtin a engagé ses adjoints et conseils municipaux non mobilisés à quitter la ville et il reste seul avec son fils Georges et quelques employés. M. Cronfalt, directeur de l’octroi est resté à son poste et réussit à faire verser les droits d’octroi, non seulement par les Français, mais même par les Anglais ! C’est avec ces fonds que l’on peut payer les employés de la ville et secourir les indigents. M. Dumant n’a pas abandonné la direction du service des eaux, grâce à lui, l’eau ne manqua jamais, malgré le nombre des conduites crevées par les obus. » 4

 

Le tribunal civil

En mai 1915, le Tribunal civil d’Arras était constitué d’un président, de deux juges, du ministère public, d’un greffier et d’un huissier.

 

Le service des postes

 

En raison de destructions, le bureau central fut transféré salle des Concerts ; puis dans les caves du Palais Saint-Vaast.

Fin juin 1915, le service des postes comptait douze personnes, dont deux facteurs enfants.

« Le grand rendez-vous des Artésiens est toujours la poste. Une foule de personnes de tout âge attend au square Saint-Vaast vers 2 heures l’arrivée de l’auto grise pour se disputer les journaux : le Télégramme, le Petit Parisien, l’Echo de Paris, etc. » 15 janvier 1915

 

Les P.T.T. d'Arras pendant le bombardement, 1914 - 1915 (source : collection Pascal Mantel).

 

arrivée de l'auto postale.

 

Les sapeurs-pompiers

M. Wacquez, adjoint retraité des pompiers réussit à reconstituer une équipe d’une vingtaine d’hommes.

L’adjudant des sapeurs-pompiers Wacquez, conseiller municipal d’Arras et le sapeur Glasson sont tués le 10 juillet 1915 en combattant l’incendie de l’église Saint-Jean-Baptiste sous un violent bombardement. Pour leur rendre hommage, une rue piétonne porte aujourd’hui leur nom. Sans date (source : collection privée).

 

Cette photographie est contemporaine de la reconstruction. Néanmoins nous avons choisi de la garder dans cet article car assurément elle montre l’équipement des pompiers tel qu’il existait lors du conflit (source : collection privée).

 

Les hôpitaux et les ambulances (établissements hospitaliers temporaires)

Parmi les nombreux hôpitaux ou ambulances que comptait Arras, seul un établissement ne fut pas atteint par les obus les 6, 7 et 8 octobre 1914… Pourtant, le drapeau de la Croix-Rouge y flottait ; la ville était ville ouverte ; ils soignaient aussi des prisonniers allemands.

L’ancien couvent du Saint-Sacrement (Grand Séminaire)

L’Ecole normale des Garçons (l’hôpital n° 101)

Le collège municipal des Garçons (l’hôpital auxiliaire 101 bis)

L’hôpital de Notre-Dame de Bon-Secours

L’hôpital Saint-Jean

Le pensionnat Jeanne-d’Arc

L’institution Saint-Joseph

Le collège des Filles

La Maison des Sourds-Muets

L’hôpital de l’institut Parisis (Mgr Parisis fut évêque d’Arras), le seul qui ne fut pas touché par les obus.

« Arras et les Allemands. Les ennemis emmènent 30 prisonniers pris parmi les blessés des hôpitaux, 7 septembre 1914. » (source : collection privée)

 

Hôpital du Saint-Sacrement. (source : Section photographique de l’armée / bibliothèque numérique de Lyon)

 

(source : albums Valois / La Contemporaine)

 

Personnel de l'ambulance du Saint-Sacrement (au premier rang à droite, soeur Sainte-Jeanne tuée le 23 juin 1915). Ambulance : établissement hospitalier temporaire, pour suppléer aux hôpitaux. (source : Livre "Les cités meurtries", Madeleine Wartelle, Librairie de l'Eclair, 1915)

 

L'hôpital militaire était situé dans l'hôpital Saint-Jean (source : collection privée).

 

La vie dans les caves ?

Dans cet article du Parisien en date du 22 octobre 1914, le journaliste décrit la vie des Arrageois, qui, pour se protéger de la mitraille et devant leur maison anéantie, trouvent refuge dans les caves.

« La vie dans les caves

Ils trouvèrent un refuge provisoire dans les caves où toute une population s’était réfugiée. […] Dans la crainte de l’inconnu, des vieillard infirmes, des impotents, des craintifs aussi, se sont organisé une existence souterraine dont ils semblent fort bien s’accommoder en attendant des jours meilleurs. […] La lumière qu’ils reçoivent de leurs soupiraux leur suffit. »

Le Parisien, extrait de l'article Dans Arras bombardé, 22 octobre 1914.

 

Certes, la population pouvait trouver refuge provisoirement dans les caves lors des bombardements... En contrepoint, voici une photographie exceptionnelle d'une famille arrageoise dans sa maison, en 1916. L'homme lisant son journal est Victor Leroy, qui sera maire d'Arras de 1919 à 1922. Il résidait 2 rue du Puits-Saint-Josse.

Victor Leroy et sa famille, carte-photo « tirée le 16 janvier 1916 pendant le bombardement », envoyée à Félicien Cornaille le 26 janvier suivant. (source : Archives départementales)

 

Les gaz asphyxiants

« Le bruit du canon restait incessant, les obus de 210 et 77 pleuvaient chaque jour s’accompagnant d’obus incendiaires et parfois même de gaz asphyxiants. Le 23 juillet [1916], à 10h. ½ , la cloche des Ardents, la seules restée intacte par les bombardements, se mit à sonner à toute volée tandis que les trompettes anglaises lançaient des notes longues et lugubres. Ce sont les signaux d’alarme annonçant la présence des gaz asphyxiants et incitant à se couvrir la figure des masques protecteurs. […] A partir de juillet, les Anglais exigèrent le port du masque à gaz, mesure justifiée par les événements. » 5

 

S'informer ?

Le Lion d’Arras, journal de siège et d’Union sacrée, paraît du 1er janvier 1916 au 1er janvier 1920.

Son rédacteur en chef est l’abbé Aimé Guerrin. On retrouve sa plume sous divers pseudonymes, comme J. Darras.

Le Lion d’Arras permet de suivre la vie locale, d’informer de la vie sur le front, sur les faits de guerre. Mais en informant la population des points de chute des obus, des destructions des édifices, le journal rencontre la censure du pouvoir militaire.

Déclaration d’intention de créer Le Lion d’Arras au commissariat de police d’Arras, 9 décembre 1915. (source : Archives départementales du Pas-de-Calais)

 

Sur cette photographie, trois personnes tiennent un journal dans leur main. Le Lion d'Arras ? (source : médiathèque municipale)

 

 

Naître, se marier, mourir à Arras

Naître

1913 : 529 actes de naissance ou de reconnaissance

1915 : 45 naissances à Arras

1916 : 13 naissances à Arras

1917 : 10 naissance à Arras

Concernant les années 1916 et 1917. Les naissances ont lieu principalement à domicile ; il est mentionné deux naissance à la maternité sise 88 rue Saint-Aubert (l’hôpital Saint-Jean)

La déclaration est faite en présence de deux personnes parmi les noms ci-dessous :

Louis Emile Rohard (l’orthographe peut différer : rue Rohart-Courtin), maire et officier de l’état civil

Léon Guimart, receveur d’octroi

Léon Denglos, huissier à la mairie

Henri Boursier, secrétaire en chef à la mairie

Cyprien Petit, receveur des Hospices

Isaïe Boutry, employé de bureau

Edmond Vaquette, Emile Richard, employé au chemin de fer

Parfois, seul l’un d’entre eux est présent ; une personne n’étant pas employée supplée. Sa profession est indiquée : ménagère, menuisier, charretier, journalier.

 

Se marier

1913 : 187 actes de mariage et divorce

1915 : un mariage

Victor Julien Roulland , employé de commerce, sergent télégraphiste au 8e régiment du génie aux armées et Augusta Constantine Léocadie Carpentier, institutrice.

L'acte mentionne :

 

1916 : deux mariages

Bélisaire Joseph Adolphe Déplanque, mécanicien et Henriette Marie Madeleine Simon, ménagère

Emile Charles Henri Vanhove, principal clerc d’avoué et Maria Amélie Brasseur, sans profession

1917 : 7 mariages et 2 divorces

 

Mourir

« 10 octobre 1914.

La gendarmerie décide qu’on n’enterrera plus les morts, mais qu’on les brûlera. L’œuvre est commencée, mais il paraît que les corps ne veulent pas se consumer, alors, on les arrose sans cesse de pétrole et c’est une effroyable odeur de chair calcinée qui se répand alentour. Cette macabre invention consterne le docteur Carpentier. Il rappelle à la gendarmerie qu’il faut enlever les médailles de ces malheureux. » 6


 

 

 

 

Sous les obus procession de la Fête-Dieu, 6 juin 1915.

 

La Petite Place et les ruines de l'Hôtel de Ville (source : collection Pascal Mantel).

 

Arras, 1914, les hôpitaux militaires dans la tourmente (27 août / 8 septembre 1914)

Les ambulances d’Arras occupées

Le 19 août 1915 : vie quotidienne des derniers Arrageois

La Poste - Le 19 juillet 1915 : visite du ministre Thomson à Arras

Le 6 novembre 1915 : visite nocturne aux ruines d’Arras

Le Lion d'Arras, journal de siège

 

1 - Madeleine Wartelle, Les Cités meurtries, Arras, 1914 – 1915, Librairie de l’Eclair, p. 27

2 - Histoire d'Arras, sous la direction de P. Bougard, Y.-M. Hilaire, A. Nolibos, Ed. Le Téméraire, 2000, p. 280

3 - Docteur Georges Paris, Un Demi-siècle de vie arrageoise, 1971, p. 47

4 - Ibidem p. 44

5 - Ibidem p. 55

6 - Emmanuel Colombel, Journal d’une infirmière d’Arras, Le Livre d’histoire, 2014

Une organisation militaire (mars 1916 - 1918)

 

Les premiers Etats-Majors britanniques s'installent dans Arras dès mars 1916.

Nous avons analysé l’unique dossier administratif de la période 1914 – 1918 conservé aux archives municipales. Il s’agit des documents  intitulés « Mission militaire française » conservés à la médiathèque municipale, composés de rapports (vol et pillage de maisons arrageoises) de police ou de gendarmerie durant le conflit.

(source des documents présentés : bibliothèque d'histoire locale de la médiathèque)

Différentes structures et organisations apparaissent, voici les principales :

Headquarters : quartier général (12 rue des Promenades : Etat-Major anglais)

Le Town major : gouverneur de la ville. (également dans les communes voisines d’Arras)

 

 

APM du 17e Corps britannique Ce sigle n’est jamais développé, il signifie très probablement :  Assistant Provost Marshall ou Grand Prévôt Adjoint. (Le commandement de la police militaire est souvent connu sous le nom de prévôté ou prévôté militaire)

Claims commission : commission des réclamations

Brigade d’incendie anglaise

L’organisation militaire spéciale d’Arras ou Mission militaire française (2e bureau), first army (attaché à l’armée britannique)

Elle fut dirigée par :

Le Colonel Boissonnade, commandant de la Place d’Arras ; Le Lieutenant-Colonel de Pimodan, Commandant d'Armes (ou Lieutenant-Colonel commandant de la Place d’Arras).

Le général Duplessis demeure au 19 rue des Chariottes (en 1917).

Commissaire militaire à la gare d’Arras

La Direction de l’intendance de la Mission militaire française attachée à l’Armée britannique (rue des Promenades)

Cercle des Officiers de l’armée britannique chez M Blondel, 4 rue du Tripot

Le Commissariat central de Police, service de la sureté

Fonctions : agent auxiliaire de sûreté, brigadier de police, chef de la sureté, agent de la sûreté de la Ville

La continuité des institutions républicaines semble maintenue : le commissaire central de police de la ville d'Arras est officier de police judiciaire auxiliaire de Monsieur le Procureur de la République

Le commissaire transmet les rapports au Commandant d’Armes, organisation militaire spéciale d’Arras. Les rapports mentionnent : « agissant en vertu des instructions de Monsieur le commissaire central, consécutives aux ordres de Monsieur le Commandant de Place » (juin 1916)

Un sous-brigadier est préposé à l’ouverture et à la fermeture des portes des maisons destinées au cantonnement et dont le propriétaire est réfugié.

24 et 26 rue des Quatre-Crosses : bureau provisoire du commissariat

La Gendarmerie nationale, 1ère légion détachement prévôtal d'Arras – 17e CAB détachement prévôtal d'Arras

Transmission des rapports au commandant de la Place d’Arras. Les rapports mentionnent : « agissant en vertu d’un ordre de la Place d’Arras » (avril 1917)

Fonctions : gendarmes à pied – commandant du détachement

Le cantonnement des maisons par les militaires

Lorsqu’une maison est destinée à un cantonnement, un inventaire est effectué par le service des cantonnements de la Place d’Arras, les meubles sont déposés par exemple dans les chambres dont les portes sont ensuite scellées.

Exemple d'inventaire en raison de disparitions suite à un cantonnement. Nous lisons l'ampleur de la tâche ! :

 

 

 

Ici la cave à vin sera probablement fermée à clé…

 

 

L’inventaire est archivé à la Claims’ commission ou au Commissariat central. C’est un préalable pour l’instruction d’une réclamation auprès de la Claims’ commission lorsque le soupçon pèse sur les troupes britanniques.

 

Le propriétaire dont l'habitation fait l'objet d'un cantonnement reçoit une indemnité.

Aucun civil n’habite plus la Grand’Place depuis le 6 février 1917.

Cantonnement de téléphonistes anglais au 8 rue du Crinchon.

Le vol ou le pillage des maisons

Une note nous renseigne sur les rapports entre l’armée britannique et la population concernant les dégâts des logements.

 

Les maisons, lorsque le propriétaire est réfugié, peuvent êtres gardées.

Extrait d'un courrier : « J’ai quitté ma maison le 7 octobre 1914 avec ma femme, n’emportant absolument rien, à la suite d’un obus qui a éclaté dans notre chambre. […] J’ai donné la garde de ma maison à M Lazare Guy, préposé au poids publics vers juin 1915. Ce dernier a gardé ma maison jusqu’à l’occupation des troupes britanniques dans les caves de la Petite Place. ».  M Robin, chapelier, 52 Petite Place, exilé à Saint Julien du Sault

Souvent, le pillage ou le vol d’une maison fait suite à son bombardement. Les voleurs passent  par les trous créés par les obus dans les murs mitoyens.

Adjectif désuet  utilisé couramment lorsqu’une maison est pillée : maison banale.

Extrait de courriers :

« Il est regrettable qu’à Arras il soit resté, parmi les habitants dont on admire la conduite, d’autres personnes qui ont employé leur temps à coopérer de dévaliser leurs concitoyens » 5 juillet 19017, M Robillard.

Vol de bois par les soldats anglais pour se chauffer. (Les troupes anglaises brûlent les lambris, les placards, les portes de la recette principale des contributions indirectes, 76 rue d’Amiens).

Il est très souvent question de vols de vin… Les millésimes sont détaillés dans les courriers….

 

L’inventaire des objets d’une maison par le commissariat de police ou la gendarmerie est très fastidieux : il peut faire plusieurs pages manuscrites ; un double est adressé aux archives.

 

Des courriers mentionnent des demandes d’indemnisation des pillages d’une maison par les dommages de guerre, ou par les indemnités de dégâts de cantonnement.

 

Nombreuses suspicions de vol sont attribuées aux militaires britanniques. Souvent, le dépositaire de la plainte, pour accréditer le vol par ceux-ci, retrouve un objet compromettant oublié sur le lieu du larcin.

« Dans la cave où se trouvaient environ 150 bouteilles de vin rouge et blanc ainsi que quelques bouteilles de champagne, il n’en reste aucune et les malfaiteurs qui ont cassé plusieurs bouteilles par terre, y ont oublié une boite d’allumettes anglaises… » janvier 1917.

« Tous les vins de marque sont disparus, dans l’un de leurs casiers nous trouvons une boite d’allumettes anglaises pleines et 4 verres ». 15 janvier 1917

« Mes soupçons se portent sur les militaires anglais qui sont cantonnés dans le voisinage. » avril 1917

Des policiers britanniques, avec leurs collègues français, mènent les enquêtes.

 

Très peu de rapports donnent suite à des sanctions.

 

dimension : 9 x 6,5 cm

 

Suite au vol dans une maison rue Jeanne d’Arc une perquisition a lieu dans une maison voisine où cantonnent des militaires britanniques. Un couvre-lit volé est retrouvé : l’artilleur Walton est arrêté et passera en conseil de guerre. Il le déclarera non coupable.

 

Sanction exceptionnelle : deux militaires anglais sont condamnés à un an d'emprisonnement avec travaux forcés, pour vol de vin.

 

Rarement, suite à un pillage ou un vol, la maison fait l’objet d’une surveillance.

Cette surveillance concerne une maison particulière, celle de M Baggio, Capitaine du 33e Régiment d’Infanterie

 

Dans ce courrier, le Maire (Louis Emile Rohard-Courtin) autorise le propriétaire victime d’un pillage à déménager les marchandises restant dans sa maison dans un autre lieu.

 

Le courrier ci-dessous révèle la perte totale des biens de la propriétaire de la demeure nommée le Château de Saint-Sauveur, 80 rue de Cambrai, ainsi que l’anéantissement de cette propriété « complètement dévastée et sillonnée de tranchées. »

Une note du commissaire en date du 18 juin 1917 indique que les faits se sont passés à proximité de la ligne de feu et dans un secteur interdit depuis le mois d’octobre 1914 aux civils.

 

L'organisation de la ville

Un réfugié doit demander un laisser passer au Town Major pour se rendre à Arras.

Les tracasseries liées au laisser passer. La durée de validé de celui-ci est d’un mois.

 

 

Gare à Maroeuil pour se rendre à Boulogne-sur-Mer (en 1916).

Des militaires français sont interprètes auprès de l’armée britannique.

 

Des objets (vaisselle et verrerie, outils, Machines de l’Imprimerie moderne...) provenant des maisons de particuliers sont réquisitionnés  avec l’autorisation du Commandant d’Armes et du Maire pour le Cercle des Officiers de l’armée britannique. (Le lieutenant Lewis est chargé du Branch requisition office à la III e Armée en juillet 1916).

 

Ici, la réquisition de tapis (carpettes) donne lieu à une indemnité.

 

En cas de contestation entre l’Armée anglaise et les prestataires réquisitionnés la question est tranchée par l’Intendance française, sur la base de ses tarifs. (L’intendant militaire Foliot, directeur de l’intendance de la Mission militaire française attachée à l’Armée britannique. Service des réquisitions et évacuations d’Arras – en juillet 1916)

 

Des cuisines roulantes sont installées dans le Palais de Justice

Douches au 70 rue de Doullens

Le cantonnement militaire britannique est mentionné dans différentes rues :  rue Pasteur, du Saumon, du Coclipas, Saint-Michel (cuisines), du Vert-Soufflet,  Saint-Aubert, des Quatre-Crosses, des 11000 Vierges, Gambetta, à la caserne Montesquiou, à l'hôtel de l'Univers…

 « Dans la rue de la Fourche il ne reste plus aucun civil et des troupes anglaises sont cantonnées dans les maisons des rues adjacentes. » (mars 1916)

Le propriétaire dont la maison est l'objet d'un cantonnement reçoit une indemnité.

Le propriétaire de deux maisons conteste le montant des indemnités qu’il touche pour les logements de troupes. Décembre 1917. (source : dossiers de la Mission Militaire Française (C à Dem), médiathèque municipale)

 

La réquisition d’une maison et l’indemnité qui en découle concernent pour une maison sise 7 rue des Fours des employés du Chemin de fer du Nord. Dans un courrier en date du 18 avril 1918, l’indemnité est fixée à 0,20 franc par inspecteur (deux dans cette maison) ; 0,05 franc par employé (dix dans cette maison) ;  0,01 franc par mètre carré (superficie occupée : 81 m2), le tout par jour.

Le total de l’indemnité allouée est de 1,71 francs par jour (aucune literie n’est fournie par la propriétaire).

 

Le cantonnement peut se faire sans autorisation.

dimension : 10 x 8 cm

 

 

Existence d’une unité sanitaire anglaise. Un rapport mentionne qu’elle intervient suite au bombardement d’une maison dont le propriétaire est négociant en œufs. Cette unité doit « remonter de la cave les pots en grès contenant une certaine quantité d’œufs pourris répandant une odeur infecte à tel point que les soldats ont dû désinfecter la cave avant de pouvoir y descendre. »

 

 

 

(source : albums Valois / La Contemporaine)

 

(source : albums Valois / La Contemporaine)