Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Grande Reconstruction, Arras, ville nouvelle !

La Grande Reconstruction, Arras, ville nouvelle !

Menu
Souvenez-vous belle jeunesse...

Souvenez-vous belle jeunesse...

Les hommes de la Grande Reconstruction furent avant tout des bâtisseurs de Paix. Ils guident encore nos pas aujourd'hui. Puissions-nous cheminer avec eux !

 

Après ce travail, qui fut aussi un long cheminement intérieur qui a emprunté les voies des sens et du coeur - je ne suis plus le même Arrageois. J’ai l’image de cette Grande Destruction et de cette Grande Reconstruction comme chevillée au corps et à l’âme. Mais parfois, cette image s’estompe – la douceur de vivre qui a inondé les terrasses cet été est propice à l’oubli de cette tragédie,  et pourrait conduire à vivre dans l’illusion d’une ville qui aurait été épargnée. Tout cela a-t-il vraiment existé ?

(source : ECPAD)

 

(source : album Coty, médiathèque municipale)

2020

 

Les bâtisseurs de cette Grande Reconstruction nous ont légué une ville nouvelle et leur message de paix avec leurs corbeilles de fruits et de fleurs sculptées à nos frontons.

Georges Trassoudaine, architecte

 

« Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches

Et puis voici mon cœur… » avait écrit Paul Verlaine

Le cœur d’Arras n’eut pas le temps de battre paisiblement très longtemps…

Je pense à ma vie paisible et à celle d’un Arrageois né vers 1900. Une guerre, certainement l’exode, 15 ans de reconstruction et très vite l’Occupation, puis de nouveau des bombardements…

Que ce site puisse témoigner de ce que fut la vie des Arrageois de cette génération.

Thierry DEHAY

Archiviste, ville d'Arras

 

13 mai 1934 – 24 mai 1940 (ou comment imaginer pire cauchemar)

Entre la date de l’inauguration de la cathédrale – date retenue pour la fin de la Grande Reconstruction - et l’entrée des Allemands dans Arras, six années et onze jours se sont écoulés.

Pendant quatre longues années (jusqu’au 1er septembre 1944), ils occupèrent la ville, les édifices qu’ils avaient bombardés et détruits, et que nous avions reconstruits.

La France sous l'Occupation 1940-1945 - Les administrations allemandes et françaises

 

Afin de permettre aux soldats allemands de visiter Arras et l’Artois, ils éditèrent ce livret :

Arras, courte chronique (source : archives municipales)

 

extrait

 

 

Le 1er septembre 1944 les premiers chars anglais pénètrent dans Arras.

Le 1er octobre 1944 le général de Gaulle prononça un discours au balcon de l'Hôtel de Ville. Il fut reçu par Réné Méric, maire d'Arras. L'accueil de son fils Gérard, le 30 juin 2020 à Arras, nous permet de publier un portrait de René Méric (nous n'en conservions pas), une photographie inédite du général de Gaulle.

Le général de Gaulle, balcon de l'Hôtel de Ville, 1er octobre 1944 (source : collection privée famille Méric).

 

" Par Arras je reviens dans la capitale de mes résolutions." 2

 

René Méric, maire d'Arras à la Libération (source : collection privée famille Méric).

 

René Méric est né le 25 janvier 1895 à Marseille. Officier de l'ordre national de la Légion d’honneur, aviateur blessé en 1916, puis chef d’entreprise, il fut maire d’Arras en 1944-1945.

Elève à l’École polytechnique, promotion 1914, il s’engage volontairement pour huit ans le 20 août 1914. Promu sous-lieutenant de réserve il est affecté à l’artillerie de campagne avant d’être détaché à l’escadrille d’aviation MF20 le 9 avril 1916. Blessé le 7 novembre 1916 dans un accident lors d’un atterrissage, il est également abattu le 24 mars 1917 en combat aérien.

En 1919-1920, il reprend sa scolarité comme élève à l’École polytechnique.

Industriel, René Méric s’installe à Fourchambault pour développer la Société Saint-Sauveur. En 1936, il rejoint le siège de la société à Arras. Il devient président-directeur des usines de constructions métalliques Saint-Sauveur à Arras.

Nommé conseiller municipal d’Arras par le Préfet en 1941, il est nommé en janvier 1944  Maire d’Arras par la préfecture pour succéder à Lucien Gaillard, décédé en mars 1944 (Lucien Gaillard est Maire d'Arras de 1941 à 1944, il prend la suite de Fernand Lobbedez). Homme de conciliation, il est assez habile pour tenir tête à l’occupant  tout en soulageant les misères de la population sous-alimentée et en apportant son aide à la Résistance (il couvre les activités clandestines des services municipaux (distribution de fausses cartes d’identité, etc.).

Confirmé dans sa fonction le 1er septembre 1944 par le Comité local de libération, il préside le 9 septembre 1944, la cérémonie en l’honneur des derniers fusillés de la citadelle. Il reste maire jusqu’aux élections municipales du 13 mai 1945, où la liste de Guy Mollet est élue (Devant ce qu’il estimait être une politisation du débat local, il avait refusé de se présenter aux élections municipales).

René Méric est élu président de la Chambre de commerce et d'industrie d'Arras lors du renouvellement partiel de décembre 1947, puis réélu en 1950. Il en sera président jusqu’à sa mort en novembre 1952.

Il meurt dans un accident d’auto le 8 novembre 1952 à St Laurent Blangy. Il habitait à Arras, route de Cambrai.

 

A l'issue de cette seconde guerre, Arras compta de nouveau ses morts et les immeubles détruits : 500 victimes des bombardements ; 2 000 immeubles en ruine 1. Elle allait entamer sa Seconde Reconstruction...

1 - chiffres donnés lors du discours d'accueil du Général de Gaulle à Arras le 1er octobre 1944.

2 - Charles de Gaulle, Mémoires de Guerre, tome 3 Le Salut, 1944 - 46, p. 27, édition de 1969.